Infonet Economy est un point d'accès unique aux publications et aux ressources économiques provenant d'instituts suisses

Accueil

Site recommandé

logo unia

Unia le syndicat

Unia est un des plus grands syndicats de Suisse avec plus de 200 000 membres à son actif. Il se compose de 14 régions en Suisse et ces dernières gèrent près de 110 secrétariats. La mission de ce syndicat consiste à renforcer les droits des salarié-e-s et s'engage pour un modèle durable de sécurité sociale. Il négocie les conditions de travail et les salaires de plus d'un million de personnes et défend les intérêts de l'ensemble des travailleurs et travailleuses de Suisse. De plus, Unia gère la plus grande caisse de chômage de Suisse

L'avis du spécialiste:

Son site web est un outil indispensable à connaître. Il offre la possibilité de calculer son salaire et permet de connaître la situation des salariés en fonction de la profession, grâce à son répertoire. De plus, il est possible de suivre toutes les campagnes d’Unia à l’aide des actualités ajoutées régulièrement sur le site ou en s’abonnant à une newsletter. D’ailleurs, la liste des campagnes, accompagnées d’un descriptif, est également disponible. Unia propose 4 publications dont « Info économique » et « Bulletin de l’Industrie ». Ces publications traitent de l’actualité économique en Suisse et à l’étranger ou sur des thématiques telles que le franc fort. Un guide sur le droits du travail est également disponible. Quant au design et à l’ergonomie du site web, le rendu est extrêmement satisfaisant. Le site est bien structuré et son utilisation est très intuitive.

Dernières actualités

S'abonner aux aux flux infonet economy   1 - 2 of 2

Schweizer Wirtschaft findet zu stärkerem Wachstum zurück
Deutsch / septembre 2017

Konjunkturprognosen der Expertengruppe des Bundes* – Herbst 2017 - Aufgrund der schwachen BIP-Entwicklung im ersten Halbjahr erwartet die Expertengruppe des Bundes für das Jahr 2017 nur ein moderates Wachstum von 0,9 %. In den kommenden Quartalen stützt die dynamische Weltkonjunktur den Exportsektor, und die Binnenkonjunktur gewinnt voraussichtlich ebenfalls an Fahrt. Für 2018 ist daher ein ansehnliches BIP-Wachstum von 2,0 % zu erwarten. Im Zuge der Wachstumsbeschleunigung wird die Beschäftigung spürbar steigen und die Arbeitslosigkeit weiter zurückgehen. Die positiven und negativen Risiken des Ausblicks sind etwas ausgewogener als in früheren Quartalen.

SECO - Secrétariat d'État à l'économie

L’économie suisse renoue avec une croissance plus soutenue
Français / septembre 2017

Prévisions conjoncturelles du Groupe d’experts de la Confédération pour l’automne 2017* - En raison d’une croissance faible du PIB au 1er semestre, le Groupe d’experts de la Confédération ne s’attend qu’à une croissance modérée (0,9 %) pour l’année 2017. Au cours des prochains trimestres, la conjoncture mondiale vigoureuse soutiendra les exportations, et la conjoncture intérieure devrait elle aussi gagner en dynamisme. Partant, une croissance notable du PIB (2,0 %) est attendue pour 2018. Cette accélération de la croissance s’accompagnera d’une hausse sensible de l’emploi, alors que le chômage continuera de diminuer. De manière générale, les risques qui pèsent sur la croissance sont désormais plus équilibrés qu’au cours des trimestres précédents.

SECO - Secrétariat d'État à l'économie

Voir les
Dernières publications

S'abonner aux aux flux infonet economy   1 - 3 of 3

Schweizer Wirtschaft findet zu stärkerem Wachstum zurück

Konjunkturprognosen der Expertengruppe des Bundes* – Herbst 2017 - Aufgrund der schwachen BIP-Entwicklung im ersten Halbjahr erwartet die Expertengruppe des Bundes für das Jahr 2017 nur ein moderates Wachstum von 0,9 %. In den kommenden Quartalen stützt die dynamische Weltkonjunktur den Exportsektor, und die Binnenkonjunktur gewinnt voraussichtlich ebenfalls an Fahrt. Für 2018 ist daher ein ansehnliches BIP-Wachstum von 2,0 % zu erwarten. Im Zuge der Wachstumsbeschleunigung wird die Beschäftigung spürbar steigen und die Arbeitslosigkeit weiter zurückgehen. Die positiven und negativen Risiken des Ausblicks sind etwas ausgewogener als in früheren Quartalen.

Institution SECO - Secrétariat d'État à l'économie

Full Text

Deutsch / septembre 2017

L’économie suisse renoue avec une croissance plus soutenue

Prévisions conjoncturelles du Groupe d’experts de la Confédération pour l’automne 2017* - En raison d’une croissance faible du PIB au 1er semestre, le Groupe d’experts de la Confédération ne s’attend qu’à une croissance modérée (0,9 %) pour l’année 2017. Au cours des prochains trimestres, la conjoncture mondiale vigoureuse soutiendra les exportations, et la conjoncture intérieure devrait elle aussi gagner en dynamisme. Partant, une croissance notable du PIB (2,0 %) est attendue pour 2018. Cette accélération de la croissance s’accompagnera d’une hausse sensible de l’emploi, alors que le chômage continuera de diminuer. De manière générale, les risques qui pèsent sur la croissance sont désormais plus équilibrés qu’au cours des trimestres précédents.

Institution SECO - Secrétariat d'État à l'économie

Full Text

Français / septembre 2017

Fragments de la session d’automne

L’élection au Conseil fédéral et le débat qui ne fait que commencer sur la suppression des re-devances radios et télévision ont occupé la première moitié de la session. Petit coup de projec-teur sur trois interventions qui n’ont pas bénéficié des feux de la rampe médiatique.

 

Moratoire sur la suppression des points de vente de billets CFF gérés par des tiers

Il est possible d’acheter des billets CFF auprès des communes, des offices de poste, dans des magasins Migros ou ailleurs encore, dans ce que l’on nomme des points de vente gérés par des tiers. Les CFF voulaient liquider progressivement ces offres à l’époque de l’évolution digitale. Ils prévoient la fermeture de 52 de ces points de vente jusqu’à début 2018.

L’agenda prévu a soulevé des oppositions. La commission compétente de la Chambre basse a exigé que ce démantèlement soit soumis à un moratoire (jusqu’à 2020). La motion a franchi le cap du Conseil national cet été. Le Conseil des Etat l’a aussi acceptée le 13 septembre contre l’avis du Conseil fédéral et de la majorité de la commission. Ces derniers estimaient que la politique n’avait pas à se mêler des affaires d’une entreprise, même si cette entreprise est de de service public. L’argument principal des partisans du moratoire : les personnes exclues de la numérisation doivent pouvoir conserver un accès à l’achat de billets. « Les CFF devraient fonctionner sans obstacles pour toute la population », a commenté Paul Rechsteiner.

C’est au tour du Conseil fédéral de reprendre le dossier - affaire à suivre.

 

Pas de meilleure protection contre le dumping salarial au Tessin

La conseillère nationale Marina Carobbio (PS TI) a demandé par une motion que les mesures d’accompagnement soient optimisées dans les cantons particulièrement concernés par le dumping salarial. Elle visait l’élargissement des conditions permettant de déclarer une CCT de force obligatoire. Le conseiller national UDC tessinois Lorenzo Quadri a pour sa part demandé dans un postulat allant dans la même direction de faciliter les conditions pour fixer des salaires minimums cantonaux différenciés qui ne se basent pas uniquement sur le minimum octroyé par l’aide sociale.

Les deux interventions ont été rejetées par le Conseil fédéral et le 18 septembre par le Conseil national. Le PS et les Verts ont massivement voté en leur faveur, la droite tout aussi massivement contre.

 

Pas de formation continue particulière pour les mères célibataires

La conseillère nationale Martina Munz (PS SH) a demandé par une motion d’améliorer l’intégration sur le marché du travail des mères célibataires dans le cadre de l’initiative contre la pénurie de personnel qualifié, grâce à des formations continues et de rattrapage. Elle motive sa demande par le fait qu’une famille monoparentale sur six est pauvre. Et, pour atteindre ces personnes, il faut un programme qui soit taillé sur mesure, en raison de leur charge globale. Le Conseiller fédéral Schneider-Ammann ne voit pas de raison particulière d’agir puisque la formation continue est tout d’abord une question de « responsabilité individuelle » et ensuite « dans l’intérêt de l’employeur ». Beaucoup est déjà entrepris à cet égard. Obéissante, la droite a suivi : avec 60 Oui contre 125 Non, la motion a été rejetée le 18 septembre.

Institution Union syndicale suisse

Full Text

Français / septembre 2017

Le portail de l'information économique suisse

© 2016 Infonet Economy